AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Olivia Hyland

Aller en bas 
AuteurMessage
Nolan Dassigny
once you're grown up, you can't go back
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 10/09/2017

MessageSujet: Olivia Hyland   Mer 25 Juil - 23:04

Fiche Olivia.

NOM : Hyland, le nom de sa maman sous lequel elle choisi de se présenter depuis le décès de son père. Elle portait jusque là - et porte toujours officiellement - le nom de Monroe, nom dont elle n'est absolument pas fière bien que son père n'ai jamais été violent avec elle.
PRÉNOMS : Olivia, prénom choisi par son père. Sa mère désirait quant-à-elle lui donner un prénom mixte et plus anglophone et a choisi Robin comme second prénom.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 25 avril 1989 à Queenstown, en Nouvelle-Zélande.
AGE : 28 belles années.
NATIONALITÉ : néo-zélandaise par les droits du sol et américaine, obtenue suite à de nombreuses années sur le territoire et parce que maman l'est.
ORIGINES : néo-zélandaise et américaine. Sa mère a quitté les Etats-Unis à l'âge de vingt ans pour rejoindre la Nouvelle-Zélande ou elle a rencontré son père et a décidé de s'installer.
ORIENTATION SEXUELLE :  Hétérosexuelle qui se clame bisexuelle. En réalité, elle n’a jamais rien tenté avec une femme pour l'instant mais elle n'est pas fermée à cette possibilité.
STATUT CIVIL : Célibataire. Elle était en couple mais au décès de son père, Olivia a décidé de tout plaquer pour voyager, ne donnant aucune explication ou destination à son petit ami. Elle avait besoin d'air frais, disait-elle. Elle ne l'a pas encore revu, mais autant dire que les chances qu'il lui ouvre grand les bras sont assez faibles.
VIE SEXUELLE :  Fidèle lorsqu’elle est en couple. Elle papillonne lorsqu'elle est célibataire mais à tendance à retomber régulièrement dans les bras des mêmes conquêtes plutôt que de faire de nouvelles.
STATUT SOCIAL : Dans la moyenne. Son père gagnait plutôt bien sa vie et elle sait que tout cet héritage l'attend, ainsi que la maison de ses parents qu'elle ne s'est toujours pas décidé à vendre bien qu'elle est incapable d'y vivre. Elle préfère vivre sur ses propres revenus pour l'instant, qui sont suffisants pour mener une vie correcte.
PROFESSION(S) : chanteuse et danseuse à Broadway. Le premier rôle important qu'elle a obtenu était celui de Lisa, dans Mamma Mia. Faisant partie de l'ensemble, elle a souvent eut la chance d'être la doublure officielle de plusieurs rôle principaux. Elle vient à présent d'être engagée dans ' Hamilton ' dont les représentations commenceront en février.
DIPLÔME(S) : Undergraduate en école d'art, à Columbia. Ayant obtenu plusieurs rôles sur Broadway, elle a décidé d'arrêté ses études une fois son diplôme obtenu pour se consacrer entièrement à sa carrière.
ANNÉE DE FIN D'ÉTUDES : 2011.
QUARTIER DE RÉSIDENCE : Williamsburg, Brooklyn.
TYPE DE LOGEMENT : Appartement.
AVEC QUI VIS-TU ? : Elle vit avec Ralf Bell.
DATE D'ARRIVÉE À NY : Elle est arrivée en 2006, à l’âge de 17 ans pour entreprendre ses études à Colombia et surtout pour se lancer de manière professionnelle dans la danse.
DANS QUELLES VILLES AS-TU DÉJÀ VÉCU ? : Queenstown, en Nouvelle-Zélande jusque l'âge de 17 ans. Elle a ensuite déménagé à New-York qu'elle n'a plus quitté, mis à part cette dernière année (de juillet 2016 à juin 2017) ou elle a voyagé.  
AS-TU DE LA FAMILLE À NY ? : Sa maman.

CINQ DÉFAUTS ET CINQ QUALITÉS
Persévérante - bavarde - hautaine - douce - pleine de vie - directive - organisée - minutieuse - bornée - désinvolte - aventureuse - indépendante - leader.  

AUTRES SIGNES PARTICULIERS
Elle déteste la cigarette. Olivia est incapable de sortir avec un mec qui fume, ça la répugne. Elle a tendance à faire scandale si quelqu'un se permet de le faire dans un lieu public, après tout la loi l'interdit, qu'ils la respectent.  ✻ Elle n'a ni tatouage ni piercing, en dehors de ses oreilles. La première raison est simple : elle ne voudrait pas voir une aiguille venir lui abimer la peau. Une prise de sang, c'est déjà beaucoup pour elle. ✻ A l'opposé, elle n'a absolument pas peur du sang et ne se laisse pas impressionner facilement même si la personne en face d'elle en est recouverte, elle garde son sang froid. Plus jeune, elle avait même envisagé de devenir chirurgienne mais les années d'études lui ont vite changé les idées. ✻ Olivia supporte difficilement les enfants et n'est absolument pas prête à en avoir. Elle ignore d'ailleurs si ce besoin de maternité apparaitra un jour ou non. Autant les bébés peuvent être mignons, autant elle s'en lasse en cinq minutes. ✻ Liv ne boit aucune boisson pétillante et ne comprend pas comment les autres peuvent apprécier le fait d'être ballonné sans cesse mais surtout d'ingurgiter une si forte dose de sucre toute la journée. Elle boit un coca lorsqu'elle n'en a pas le choix, autrement dit lorsqu'elle zappe un repas et fini par se sentir mal. Elle est en revanche accro au thé, chaud comme glacé. ✻ Amoureuse des lapins, elle n'en a pourtant jamais eut puisqu'elle sait parfaitement qu'elle ne nettoierait pas sa cage et qu'elle s'en lasserait. ✻ Âme Vagabonde, au cours de cette dernière année, elle a visité le Canada ainsi que l'Australie - en passant par la Nouvelle-Zélande pour rendre visite à ses grands-parents.

DÉCEMBRE 2012, NEW-YORK.


Les mains tremblantes, je décrochais le téléphone et écoutais attentivement, les yeux de ma mère braqués sur moi. Je prononçais quelques mots à peine, me contentant de ' oui ' ' pas de soucis ' ' merci ' qui semaient un peu plus le doute. Lorsque je raccrochais, je prenais cet air déçu que maman ne connaissait que trop bien, celui qui s'emparait de moi à chaque audition qui n'aboutissait pas. « Continue d'essayer ma chérie. » Je levais les yeux vers elle et me mordais la lèvre inférieure, incapable de contenir mon sourire plus longtemps. « Je suis prise. » Je soufflais et voyais les larmes remplir ses yeux, alors que je lui sautais dans les bras. D'aussi longtemps que je m'en souvienne, ma mère était ma plus grande fan, celle qui m'avait encouragée jour après jour à ne jamais baisser les bras. Si papa aurait aimer me voir à l'université pour devenir ingénieur, Lena elle s'en moquait bien et ils avaient tout deux accepter de me voir intégré une école d'art. Ma mère avait vite compris que je ne vivais que pour la danse, pour être sur scène. J'avais ensuite été engagée pour un premier rôle, ou ils avaient vu en moi plus de potentiel que je ne voulais bien y croire moi-même. Dés lors, j'avais pris des cours de chants intensifs et aujourd'hui ça payait puisque j'obtenais un premier rôle ou je serais à la fois danseuse et choriste. Ce n'était que le début d'une longue lignée de rôles, tous aussi importants les uns que les autres à mes yeux. Même si obtenir un jour le rôle principal était mon rêve, je savais que ça n'arriverait qu'en gravitant les échelons petit à petit, en faisant mes preuves et en apprenant des artistes avec lesquels j'avais la chance de travailler.  


FÉVRIER 2016, NEW-YORK.


« Heure du décès, 13H15 approximativement. »
13H22.

Mon père avait toujours été violent avec ma mère et ce depuis aussi loin que je m'en souvienne. J'avais eut droit aux menaces, aux cris, mais jamais il n'avait osé levé la main sur moi. Il était un monstre avec ma mère, m'avait souvent fait peur, mais il avait été un bon père. Aimant, fier de sa princesse. Lorsqu'il frappait, c'était à moi qu'il présentait ses excuses, pas à elle. Aujourd'hui, il avait perdu la vie en voulant s'en prendre à Lena à nouveau, chose qu'il n'avait pas faite depuis des années. Le coup du lapin d'après les premières expertises. Une simple chute, un accident, après que je me sois pour la première fois interposée entre eux. C'est en sang que j'avais trouvé ma mère lorsque j'avais passé la porte de la maison, alors qu'il continuait à l'assener de coup au visage, dans la poitrine. Je l'avais crue morte et dans la panique j'avais trouvé la force d'agir. « Je vous le répète. Ma mère savait que j'allais passer cette aprés-midi. Quand je suis arrivée, personne n'a répondu. J'ai utilisé ma clé et je les ai trouvé tous les deux allongés dans la cuisine. » J'avais des hauts le coeur juste à revoir la scène, qui n'était pas celle que je leur décrivais. Ma version, celle qui m'était venue dans la panique, leur donnait une responsable qui ne serait pas jugée, parce qu'il s'agissait de légitime défense. Moi, il ne m'avait pas touchée, je risquais d'être jugée pour meurtre. Mon corps tout entier semblait m'abandonner petit à petit, et répéter inlassablement cette même histoire à la police ne m'aidait certainement pas. « Il l'a toujours battue, il a eut ce qu'il méritait. Elle n'a fait que se défendre! » Je déglutissais péniblement et détournais le regard. Une ambulance l'avait embarquée il y a un bon moment déjà et je ne désirais qu'une chose : m'échapper d'ici et me rendre à l'hôpital pour en savoir plus. « J'en conviens, merci pour ces informations mademoiselle Monroe. » Je levais les yeux vers elle et comprenais que j'étais à présent libre de déserter. Libre de fuir la scène d'un crime impliquant mes parents. Au fond, j'avais toujours su que ça arriverait, mais c'est le corps de maman que je pensais un jour trouver sans vie et non l'inverse. Je n'avais surtout pas pensé que je serais la responsable.


JUILLET 2016, NEW-YORK.


« Il faut que tu te calmes, tu m'fais flipper Olivia. T'aurais rien pu faire de plus pour elle... » Je me tournais vers ma meilleure amie et lâchais prise, me laissant tomber à genoux. J'aurais pu faire tellement plus. J'avais mis deux heures à appeler les secours lorsque j'avais trouvé mes parents, deux heures qui n'aurait absolument rien changé pour lui mais qui aurait certainement pu aider ma mère dont l'hémorragie interne n'avait que grandir. Aujourd'hui elle se retrouvait en soin palliatif, incapable de prononcer le moindre mot ou de soulever un verre d'eau. J'ignorais même si elle savait qui j'étais, si elle me reconnaissait même si j'avais parfois l'impression que son visage s'illuminait quand je lui rendais visite. Peut-être parce que j'étais la seule personne à le faire, la seule constance en dehors de son équipe médicale. La question était de savoir s'il était celui qui lui avait infligé ça ou si c'était moi la responsable. Est-ce qu'en étant prise à temps, sa condition aurait été différente à se jour? Paralysée, la peur au ventre, j'avais juste voulu m'assurer qu'il ne se relève pas. « T'as besoin d'aide Liv. » Je fondais en larmes, laissant ma meilleure amie prendre les choses en mains, puisqu'elle était une des seule personne de confiance qu'il me restait. Entre saute d'humeur, crise d'hystérie ou de larmes, j'avais fini par faire flipper une bonne partie de mon entourage, y compris mon petit-ami. « J'ai besoin de partir, j'étouffe. » Je l'admettais sans doute pour la première fois, ayant jusqu'ici tenté d'être forte même si je n'étais visiblement pas très crédible. J'avais besoin de m'échapper de New-York, d'air frais, d'un renouveau. Je rêvais d'Europe, du Canada, de Nashville, berceau de la country music dont j'étais une fervente admiratrice. Je pliais bagage le lendemain et décidais de mettre les voiles. Sans un mot, sans un regard en arrière, ma meilleure amie et l'équipe médicale de maman étant les seuls à savoir comment me joindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Olivia Hyland
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Olivia DB
» Olivia Adriaco
» bilan number 3 ... on va y arriver
» chamed44
» La Renarde - Weepers Circus et Olivia Ruiz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
There is only ONE Seattle :: GMA :: Fiches, liens & cie.-
Sauter vers: